Sign in / Join

Quand Dit-on que quelqu'un a des connaissances livresques ?

Un roman dont le titre joue sur l'ambiguïté malaise-malaise.

A lire également : Quels sont les droits d'un agent de sécurité ?

Pour le dictionnaire Littré, l'habitant de la péninsule malaise est un Malais (femme : malais). Quelques décennies plus tard, le Grand Larousse du XXe siècle a ajouté un « s » terminal à ce Gentil, qui devient malais, Malaise. Et maintenant, le Petit Larousse de notre 21e siècle les déclare malaisiens. Nous voyons donc un allongement permanent de ce Gentil (et l'adjectif correspondant). Quelle sera la prochaine étape ? La transition du malais au malais semble récente et n'a jusqu'à présent reçu que l'onction de Larousse. Le Robert des noms communs ignore le malaisien* et reste en malais. Mais toute la presse l'utilise. Nous détesterions qu'un malaisien fantaisiste ait été lancé un jour par une agence de presse et que les médias aient tout repris en choeur, sans même regarder dans le dictionnaire. Larousse a été le premier à relayer ce nouvel usage. L'homophonie et l'homonymie du malaise féminin avec malaise (au sens de maladie) peuvent être à l'origine de ce processus. On pourrait envisager de revenir au fractionnement du Littré, le plus économique. Mais il est permis de penser que le passage du malaï — le logiciel de correction grince parce qu'il ignore ce terme qui apparaît dans le lettré — au malais est dû à la tendance irrépressible du français à ajouter un « s » aux noms masculins qui se terminent par « ai », comme s'ils manquaient cette annexe. Donc pour relai, qui a fini par devenir un relais. Combien de fois dans sa vie un correcteur va-t-il abaisser le délai « s » jusqu'à ce qu'il devienne une date limite ? Devant tant de chaînes de chapeaux, qui dira au correcteur la souffrance, pour ne pas dire la maladie* ?

A lire en complément : Comment protéger son smartphone des chocs ?

* Mais le Robert des noms propres donne autant de gentillesse à la Malaisie... Malaisien. Ils n'ont pas à se parler. The Style of the World (2004) n'est pas mauvais non plus : pour lui, les habitants de la Malaisie sont des Malaisiens. Mais lorsqu'il s'agit de répartir la population par origine, nous avons 7 % d'Indiens, 24 % de Chinois et 47 % des... Malais.

* C'était difficile de ne pas le faire.