Sign in / Join

Quel sera le prix du kilowattheure en 2023 ?

La hausse des prix de l’énergie se poursuit et est loin d’être terminé. Le bouclier tarifaire qui réduit la conséquence de la flambée sur le pouvoir d’achat des Français sera prolongé jusqu’en 2023. Les coûts de gros de l’électricité pour 2023 en France battront donc de nouveaux records. À quel tarif sera alors le kilowattheure l’an prochain ? Découvrez dans cet article, le prix auquel sera fixé le kilowattheure en 2023.

Quel sera le coût du kilowattheure l’an prochain ?

Pendant ces dernières années, les coûts de l’électricité en France ont connu d’importantes augmentations. Cette hausse des prix pour les consommateurs sera « contenue » l’an prochain, tandis que les tarifs ont explosé sur le marché de gros, a expliqué le 27 août Bruno Le Maire, ministre de l’Économie.

A découvrir également : Quel est le prix TTC d'un kWh ?

Les coûts de gros de l’électricité pour 2023 en France ont battu, le 26 août, de nouveaux records à plus de 1000 € le mégawattheure. La hausse plafonnée à 4 % sera maintenue jusqu’au 31 décembre 2022. Et les hausses dont a parlé la Première ministre ne seront rien que des hausses contenues, a expliqué le ministre en marge du congrès des cadres de la majorité à Metz.

En 2023, les fournisseurs comme les consommateurs estiment peu probable que la flambée des tarifs de l’électricité cesse. Mais pour une nouvelle fois, la France devrait mieux s’en sortir que d’autres pays grâce au maintien d’un bouclier tarifaire. Ce dernier est toutefois moins protecteur qu’en 2022, car la flambée maximale sera d’environ 15 % l’année prochaine.

A lire aussi : Quelle console choisir en 2020 ?

Selon une étude réalisée par Hello Watt, le coût du kWh en 2023 devrait être d’environ 24,50 euros en France (contre 21,30 € en août 2022).

Flambée à « relativiser »

Selon France Info, le gouvernement français veut relativiser cette flambée face à l’explosion des coûts qui ont atteint des records. En absence de ce système de bouclier, l’augmentation excèderait largement les 100 %, avec un saut d’environ 150 € par mois de la facture des ménages, selon l’analyse du média.

En raison de la crise énergétique, les coûts de gros de l’électricité en France et en Europe ont bondi, dépassant parfois 1000 €/mégawattheure alors qu’ils étaient inférieurs à 50 € avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie (en février 2022).

Hausse des prix de l’électricité : la France toujours mieux préparée que ses voisins européens

Selon une étude basée sur les prix de l’énergie en Europe réalisée par Hello Watt, la France reste relativement protégée de la flambée. En effet, le gouvernement a mis sur place quelques solutions importantes.

Des chèques énergies à l’endroit des ménages les plus modestes

En ce qui concerne les ménages les plus modestes, il existe des chèques énergie qui pourront aider ceux qui rencontrent plus de difficultés à payer leurs factures d’électricité, a expliqué Bruno Le Maire. Le gouvernement ne veut pas que la hausse se traduise par de la brutalité économique pour certains ménages français, a-t-il souligné. L’État veut que ce soit doux, contenu, supportable, a martelé le ministre, complétant que les impacts de la flambée pour la population devraient être ‶ lissés au fil du temps ″.

Un accès à une subvention de 3 milliards pour les sociétés/entreprises en difficulté

Quant aux sociétés, Bruno Le Maire a précisé vouloir simplifier l’accès à un fonds de 3 milliards d’euros pour celles qui rencontrent des difficultés à solder leur facture d’électricité. Le ministre a également rappelé que 1,5 000 000 de PME profitaient du tarif régulé de l’électricité et que d’autres profitaient de prix préférentiels.

L’État va réduire dans les prochains jours ces critères d’accès au guichet unique de telle sorte que toute société qui rencontre aujourd’hui de difficultés (car sa facture d’énergie a augmenté) puisse accéder aisément à ces fonds, a expliqué le ministre. Bruno Le Maire a précisé aussi que tous les pronostics budgétaires ont été établis en insérant l’explosion très forte des coûts de l’électricité et du gaz. ‶ Nous ne sommes pas pris de court ″, a-t-il indiqué à la fin.